• Marylene Jamaux

Etes-vous locavore ?

Mis à jour : 26 mars 2019


Vous consommez principalement des denrées alimentaires en provenance de votre région et dans un rayon de 150 à 200 kilomètres maximum. Alors, vous êtes ce que l’on appelle un locavore !

Le concept, inventé dans les années 1980, introduit l’idée de consommer uniquement des produits alimentaires via des circuits courts.

Aux Etats-Unis, le mouvement est si développé que certains restaurants ne proposent que des menus composés d’aliments s’inscrivant dans ce cadre.

Plus qu’un retour au temps de nos arrières grands-mères où le circuit court était la règle, il s’agit d’une réelle prise de conscience des nombreux bénéfices pour les producteurs et pour les consommateurs de choisir une alimentation durable*.

Bien-sûr, être locavore est un défi, mais les avantages sont nombreux.

Une meilleure qualité des aliments, une meilleure santé

Car la connaissance de l’origine du produit, sa provenance et la manière dont il a été cultivé, élevé... sont plus accessibles.


Grâce à plus de biodiversité, des variétés anciennes ou oubliées sont préservées. Elles ne se retrouvent pas dans les autres circuits car trop fragiles ou difficiles à conserver.


Moins de transport, moins de manutention, ce qui permet une meilleure conservation du produit et une moindre nécessité en termes de conservateurs notamment.


Le produit est de saison et cueilli à maturité, ce qui suppose plus de fraicheur, plus de goût, plus de qualités nutritionnelles (minéraux, vitamines, antioxydants…)

La préservation de l’environnement, une démarche écologique
  • Réduction des emballages,

  • Limitation du transport et donc de la pollution,

  • Diminution de la consommation d’énergie (un fruit importé transporté fait consommer 10 à 20 fois plus de pétrole que le même fruit local de saison !)

  • Moins de gaspillage,

  • Préservation des terres nourricières pour plus d’autonomie alimentaire. Notre pays n’a actuellement en réserve que quelques jours de denrées alimentaires.

Le retour de l’humain au cœur de nos vies, une démarche citoyenne

Devenir consom’acteur plutôt que consommateur. Prendre conscience que notre alimentation renvoie à notre manière d’exploiter les ressources.


Consommer local est aussi un facteur de cohésion sociale. C’est faire vivre sa région, son tissu social, contribuer au maintien des emplois de proximité. Le dialogue entre producteurs et consommateurs peut s’installer, et avec lui, plus de convivialité et un impact positif sur la qualité des produits.


Alors si vous aussi vous souhaitez arrêter de consommer des haricots verts du Kenya ou des pommes du Chili, voici quelques pistes pour faire ses premiers pas de locavore, trouver son AMAP ou son panier fermier :

Un livre :

Le guide du locavore pour mieux consommer local - Anne-Sophie Novel - Editions Eyrolles

Des sites :

Pour plus d’infos : https://www.colibris-lemouvement.org/changer/se-nourrir/manger-local-et-de-saison ; http://www.slowfood.fr/

Une carte pour trouver son AMAP, son panier bio… près de chez soi :

http://www.colibris-lemouvement.org/ensemble/acteurs-et-projets-pres-de-chez-soi ;

http://locavores.fr/

Une vidéo : https://vimeo.com/51141594

L’histoire de 5 familles toulousaines qui pendant 30 jours ne consomment que des produits locaux.

*une "alimentation durable" est une alimentation viable sur le plan économique et social, qui préserve l’environnement, la santé et la diversité culturelle.

#Locavore #consommerlocal

4 vues

 

Marylène Jamaux - Naturopathe Toulouse

Naturopathie - Accompagnement Emotionnel - Réflexologie plantaire

6 rue Roc - 31300 Toulouse

www.marylenejamaux.com  |  Tel : 06 52 50 17 67

© 2014 - 2020 Marylène Jamaux                    

  • Facebook - Gris Cercle
  • Gris Icône Instagram