• Marylene Jamaux

Ortie piquante et vitalisante

Mis à jour : 14 mai 2019




L’ortie piquante (urtica dioica)


Aussi appelée grande ortie ou ortie commune, vous en avez forcément près de chez vous car elle pousse partout.

Et probablement, vous évitez d’y toucher, voire vous voulez la voir disparaitre.

L’ortie n’a pas bonne réputation… C’est une « mauvaise herbe » et elle pique !

C’est pourtant une plante « fortifiante » et pleine de vertus, que nos grands-mères savaient bien utiliser. Et c’est la saison pour cueillir les jeunes pousses.

Plante à tout faire, elle possède des qualités nutritives et curatives. Sa tige peut même être utilisée pour la fabrication de tissus ou cordages.


Un super-aliment

L’ortie fait partie des super-aliments. Elle pourrait être une cousine éloignée de la spiruline tant sa richesse est comparable :

  • protéines : jusqu’à 30 % dans les feuilles,

  • minéraux et oligo-éléments: calcium, magnésium, potassium, zinc, soufre… et surtout fer et silicium,

  • vitamines A, B2, B5, B9, K et surtout C dont ses quantités sont très importantes,

  • chlorophylle en grande quantité.

Elle agit en profondeur sur l’organisme. C’est une plante de choix en cas de baisse de vitalité, de période de fatigue ou pour rééquilibrer le terrain (équilibre acido-basique).



Ses domaines d’actions

Les voies urinaires :

  • Dépurative et diurétique, elle augmente le volume des urines et aide à l’élimination des toxines (dont l'acide urique). Elle influe positivement sur la rétention d’eau.

  • Elle assure un bon fonctionnement des voies urinaires, notamment en cas d’hypertrophie bénigne de la prostate (lutte contre le besoin fréquent d’uriner)

  • Elle prévient l’apparition des calculs rénaux et de la goutte.

Sur les articulations douloureuses, elle est anti-inflammatoire.

En dermatologie, elle améliore l’état de la peau dans les eczémas, les dartes, le psoriasis…

Chez la femme :

  • Reconnue pour son action antihémorragique et antianémique (fer, chlorophylle) elle est tout à fait intéressante pour la régulation du flux menstruel trop abondant.

  • Chez la femme allaitante, elle enrichit et stimule la sécrétion du lait.

Enfin, elle agit aussi en tant que soutien antihistaminique dans les allergies saisonnières.

Racines, feuilles ou graines ?

Les feuilles sont indiquées :

  • En cas d’inflammation des voies urinaires, en dépuratif, en diurétique, en prévention des calculs rénaux,

  • Dans les douleurs arthritiques ou rhumatismales,

  • Pour lutter contre les rhinites allergiques,

  • Pour les troubles féminins, de la puberté à la ménopause.


Les racines d’orties sont quant à elles choisies :

  • En cas d’hypertrophie bénigne de la prostate avec émission d’urines fréquentes notamment la nuit (en complément du palmier nain)


A moins d’aller les cueillir vous-même, les graines sont assez difficiles à trouver.

  • Néanmoins, leur propriété de tonique rénale est reconnue en cas d'épuisement, à condition d'une prise sur plusieurs mois.


Les feuilles et les racines d’orties sont par ailleurs principalement distribuées sous forme de tisanes à infuser, de gélules ou de comprimés.



L’ortie s’invite aussi 
  • en cuisine : dans les potages, omelettes, cakes salés ou salades,

  • au jardin : sous forme de fertilisant naturel (purin d’ortie)

  • en cosmétique : pour sa richesse en silice et sels minéraux dans des préparations pour tonifier les cheveux.


Elle est déconseillée en cas de prise d’anticoagulant (anti-vitamine K). Pas de prise au long cours sans l’avis d’un professionnel.


Belle découverte.




#ortiepiquante #ortie #superaliment #revitalisant

196 vues

 

Marylène Jamaux - Naturopathe Toulouse

Naturopathie - Accompagnement Emotionnel - Réflexologie plantaire

6 rue Roc - 31300 Toulouse

www.marylenejamaux.com  |  Tel : 06 52 50 17 67

© 2014 - 2020 Marylène Jamaux                    

  • Facebook - Gris Cercle
  • Gris Icône Instagram