top of page
  • Photo du rédacteurMarylene Jamaux

Un facteur clé de notre énergie : La mitochondrie

Dernière mise à jour : 29 mars



course à intensité modérée

Dans le monde complexe de la biologie cellulaire, la mitochondrie brille comme une étoile, jouant un rôle central dans la production de notre énergie vitale. Celle-là même qui est indispensable à la survie de chacune de nos cellules et dont le fonctionnement de notre corps est le reflet tout entier. Vous êtes fatigué, alors vos cellules le sont aussi !

 


La batterie énergétique de la cellule

Bien plus qu'une simple structure cellulaire, la mitochondrie est un petit « organe », une centrale énergétique miniature, facteur clé de notre énergie. Présentes par centaines dans chacune de nos cellules, exceptés les globules rouges, elles produisent l’ATP (adénosine triphosphate), une molécule clé qui alimente la plupart des processus biologiques nécessaires à la vie.

.

Les mitochondries convertissent les nutriments provenant de notre alimentation en ATP, fournissant ainsi l'énergie nécessaire pour le fonctionnement de chaque cellule, qu'il s'agisse de faire battre le cœur, de penser ou de faire de l'exercice. Une diminution de la capacité des mitochondries à faire leur travail et c’est l’installation de la fatigue chronique !

 


Des mitochondries en bonne santé

Maintenir nos mitochondries en bonne santé, un point crucial tant leur rôle est déterminant dans la santé globale et le phénomène du vieillissement.[1]


Car, au-delà de leurs bienfaits sur l'énergie, l’augmentation du nombre et de la qualité des mitochondries interviendront positivement :

  • Sur le métabolisme, en favorisant une gestion efficace du poids,

  • En diminuant le risque de maladies,

  • En maintenant une bonne immunité,

  • En assurant une meilleure santé cardiovasculaire, une réduction de l'inflammation et une diminution du risque de maladies en général et notamment des maladies dégénératives,

  • Sur la résistance au vieillissement de nos cellules.


Certains facteurs tels que le stress chronique, l’inflammation, ou une alimentation déséquilibrée voire obésogène seront à éviter particulièrement car ils provoquent leur détérioration. [2]


Aussi pour la santé de nos mitochondries et de la notre, il nous est possible d’agir en amont en favorisant 2 points clés :


  • Adopter une alimentation équilibrée, en privilégiant un régime alimentaire anti-inflammatoire de type crétois avec des aliments entiers riches en nutriments, notamment :

    • Les fruits, les légumes colorés (baies, épinards, poivrons),

    • Les légumineuses,

    • Les protéines maigres,

    • Les graisses polyinsaturées (Omega 3, 6, 9) dans les poissons gras tels que maquereaux, sardines ou saumons (en petite quantité pour ce dernier !) ou les graines de lin, les noix, les amandes et les avocats notamment.

Il est également à noter que les mitochondries fonctionnent mieux dans la restriction calorique que dans la pléthore !


  • Réduire et gérer le stress, par quelques actions simples à mettre en place dès que son niveau s’élève :

    • Se supplémenter en magnésium afin de gérer la production d’hormones telles que la noradrénaline. Cette dernière est à l’origine de nombreuses manifestations du stress : anxiété, irritabilité, troubles du sommeil….

    • Faire appel aux plantes adaptogènes (eleuthérocoque, aswhagandha…). Elles sont apaisantes dans les périodes de stress. Elles aident à maintenir un bon niveau d’énergie sans provoquer d’épuisement.

    • Pratiquer les techniques de gestion du stress comme la cohérence cardiaque, la méditation ou le yoga par exemple.

 

Plus de mitochondries pour plus d’énergie

Dans la quête incessante d'une meilleure santé, nous sommes souvent attirés par les activités physiques intenses et dynamiques. Cependant, une forme d'exercice moins connue mais tout aussi bénéfique mérite notre attention : l'activité physique à intensité modérée. Car, cette pratique peut jouer un rôle crucial, non seulement, dans l'augmentation du nombre de mitochondries, mais aussi dans la qualité de leur structure.[3]

 

L'activité physique à intensité modérée englobe une variété d’activités qui élèvent légèrement le rythme cardiaque et accélèrent la respiration, mais sans atteindre un niveau d'efforts intenses. C’est-à-dire qu’à un rythme relativement soutenu, il est possible de parler sans être essoufflé. Voici quelques exemples d’activités où ce type d’efforts peut être pratiqué :

  • Marche rapide,

  • Course à pied,

  • Natation,

  • Cyclisme léger,

  • Yoga,

  • Golf (sans voiturette !),

  • Danse (salsa, tango…)...

Ces activités offrent une façon agréable et accessible de rester actif et en bonne santé.



Un corps renouvelé à l'échelle cellulaire

L'activité physique régulière ne se contente pas de renforcer nos muscles et notre endurance ; elle agit également en profondeur, au niveau cellulaire, en stimulant la production et l'efficacité de nos mitochondries. En engageant notre corps dans un mode de vie actif, nous favorisons une santé mitochondriale optimale, ce qui se traduit par une énergie accrue, une résistance améliorée et une meilleure santé globale. Alors, pourquoi ne pas sortir et commencer à bouger dès aujourd'hui ? Vos mitochondries vous remercieront.




Sources :


[1] Marta Gonzalez-Freire, Rafael de Cabo, Michel Bernier, Steven J. Sollott, Elisa Fabbri, Placido Navas, Luigi Ferrucci, Reconsidering the Role of Mitochondria in Aging, The Journals of Gerontology: Series A, Volume 70, Issue 11, November 2015, Pages 1334–1342, 

[2] Effet d’un régime obésogène sur la fonction mitochondriale des cellules épithéliales intestinales chez la souris, T. Guerbette 1, M. Brien 1, V. Ciesielski 2, R. Janvier 1, A. Lan 1 3, G. Boudry 1,

[3] Holloszy JO, Coyle EF. Adaptations of skeletal muscle to endurance exercise and their metabolic consequences. J Appl Physiol Respir Environ Exerc Physiol. 1984 Apr;56(4):831-8. doi: 10.1152/jappl.1984.56.4.831. PMID: 6373687


 

 

 

369 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Komentarze


bottom of page